Beauté toxique...

Publié le par la vouivre

La belladone...

Elle doit son nom vernaculaire à l'italien bella donna (belle femme), car à la Renaissance les Italiennes élégantes instillaient dans leurs yeux du jus de belladone pour dilater leur pupille et donner ainsi plus d'attirance à leur regard....


La belladone est une herbe magique traditionnelle d’Europe de l’Ouest associée à Saturne, comme l’hellebore, la jusquiame et la mandragore...


On suppose que les sorcières d’Europe utilisaient cette plante dans leurs onguents de vol.


La belladone est aussi bien connue sous les noms de : Dwale (Déception), Banewort (fléau), Cerises du Diable, Cerises du Méchant Homme, Cerise Noire, Herbe du Diable, Grande Morelle et Dwayberry.


Les baies sont extrêmement vénéneuses, peu suffisent pour provoquer de graves intoxications. Après l'ingestion, on entre dans un état d'excitation,  et de confusion, le visage écarlate, d'où le nom de cerise de la folie.



Publié dans la-vouivre

Commenter cet article

Gerard 03/08/2006 15:53

Que j\\\'aime voir, chère indolente,de ton corps si beau comme une étoffe vacillante, miroiter la peau!                  La  VouivreSur ta cheveulure profondeaux âcres parfums,mer odorante, et vagabondeaux flots bleus et bruns,                 La Vouivreoh toi serpent, navire qui s\\\'éveilleau vent du matinmon âme rêveur appareillepour un ciel lointain.                 La VouivreTes yeux, où rien ne se révèle        de doux ni d\\\'amer,sont deux bijoux froids où se mêle         l\\\'or et le fer.               La VouivreA te voir danser a contre courant, dans l\\\'eau vive,on dirait un serpent qui danseau bout d\\\'un bâton.            La VouivreA te voir ramper en cadence,belle d\\\' abandonon dirait un serpent bien vivant.            La Vouivresous le fardeau de ta paresse           ta tête d\\\'enfantse  balance avec la mollesse           d\\\'un jeune éléphant.           La  VouivreEt  ton corps se penche et s\\\'allonge          comme un fin vaisseauqui roule bord sur bord et plonge           ses vergues dans l\\\'eau.           La  Vouivrecomme un flot gros par la fontedes glaciers grondants,quand l\\\'eau de ta bouche remonteau bord de tes dents,           La  VouivreJe crois boire un vin de bohême          amer et vainqueur,un ciel liquide qui parsème          d\\\'étoiles mon coeur.Félicitations pour ton blog,  qui laisse  une large place à l\\\'imagination, aux rêves    Gerard